A la recherche du sens de la vie

Genre d'activité: 
Conférence

Cet évènement a déjà eu lieu!

Mardi 3 décembre à 20h à la

Maison Supersaxo 

Rue Supersaxo 4, 1950 Sion

 

Combien de milliards d'années a-t-il fallu à l'évolution pour faire surgir une forme de vie sur terre ?  

Combien de millions d'années a-t-il fallu pour que cette forme de vie commence à penser par elle-même, à se mettre debout tant elle aspire à s'élever toujours plus haut ?

Oui, combien de millions d'années a-t-il fallu  pour que cet être prenne conscience de lui-même, prenne conscience de son individualité parmi le reste de la création ? Et surtout, qu'en a-t-il retiré ? Regardons l'état de notre planète et nous comprendrons ! Aussi posons-nous la question : où est l'erreur ?

N'avons-nous pas orgueilleusement pensé représenter l'aboutissement de l’évolution ? Ne nous considérons-nous pas comme les rois de la création ? Est-ce vraiment de cette façon qu’il faut chercher le sens de la vie ?

Les contes, les légendes, la mythologie, les grandes religions, les sages de tous les temps et de tous lieux nous disent que non, qu’il y a une signification plus universelle à l’existence. Ceci, on le pressent tous, n'est-ce pas ! Mais si l'on veut le réaliser concrètement, il faut avoir le courage de regarder le monde autrement, de nous regarder nous-mêmes différemment !

 

Cela est-il vraiment possible ? Peut-on réellement obtenir la lucidité nécessaire ? Oui, répond l'Ecole spirituelle de la Rose-Croix d'Or. Tout dépend de la qualité de notre conscience.

Le siège de celle-ci se situe dans le corps physique :

- conscience raisonnable dans le cerveau,

- conscience émotionnelle dans le cœur et le sang,

- et conscience instinctive dans le bassin.

 

Cette triple conscience est par définition mortelle puisqu'elle est ancrée dans notre corps physique et disparaîtra donc en même temps que celui-ci.

Elle possède également un caractère foncièrement égocentrique, ce qui a permis à l'homme de pouvoir se situer dans son espace et dans son temps, et de se poser des questions existentielles; cela représente bien sûr une chance extraordinaire.

Oui, avec cette conscience axée sur elle-même, nous avons la possibilité de chercher, de trouver et surtout de réaliser de façon autonome le véritable sens de la vie.

Pour y arriver, nous devons abandonner la tendance à vouloir tout organiser autour de notre personne, accepter d’être un rouage d'un Tout beaucoup plus grand et relier notre conscience ancrée dans le corps physique mortel à une dimension universelle. Chaque être humain - oui, chacun d’entre nous – en possède déjà la semence.

 

Le mythe de Dionysos explique de manière imagée la présence en l'homme de cette semence de dimension universelle. Ainsi, pour sauver sa sœur Perséphone, prisonnière de la nature, Dionysos explose en millions d'étincelles de lumière qui s'incrustent dans chaque atome de la matière; il garde ainsi contact avec Perséphone et par là aussi la possibilité de la sauver.

Et ce mythe nous concerne très directement; en effet, puisque nous sommes composés d'atomes, chacun de nous possède en lui cette Etincelle de Lumière. Si notre désir est de la vivifier et de nous élever jusqu'à notre Frère en Esprit, Dionysos, il nous faudra entamer, de façon librement consentie et en toute autonomie, un processus de grand changement.

Comme la chenille s'enferme dans la chrysalide pour se transformer en papillon, comme la semence qui, ayant trouvé un terrain fertile, s'offre à un germe pour lui donner la possibilité de devenir plante, puis fruit, l'être humain devra entrer dans un processus de profonde transformation afin de devenir un Homme nouveau.

Voilà le sens de la vie tel que le conçoit la Rose-Croix d'Or.